Accès direct au contenu

Journée mission numérique UCO
Colloque ATEM 2017
Slider colloque IAIE 2017
Arrow Prev Arrow Next
L'université > Actualités > Edito du recteur n°6  Retour à l'accueil

Edito du recteur n°6

le 26 août 2014

Le redéploiement facultaire de l'UCO

Chantier d’envergure mené collégialement depuis plusieurs mois, la réforme facultaire se déploie à l’occasion de cette rentrée académique 2014 avec, aux côtés de la Faculté de Théologie, la Faculté d’Education, la Faculté des Humanités, la Faculté des Sciences, la Faculté des Sciences Humaines et Sociales. L’adhésion, ad intra et ad extra, à ce projet témoigne – s’il en est besoin – que notre université est un corps vivant et bien vivant. Elle possède sa vie propre et donc un patrimoine génétique qui lui permet de percevoir, voire d’anticiper, les évolutions de son environnement ; et de s’y adapter en suscitant de la nouveauté, de la créativité.

Telle est précisément l’intuition première qui préside à cette réforme : que l’UCO puisse exprimer à nouveaux frais ses potentialités, ses « facultés » dans la diversité d’acceptions du terme : transmettre la possibilité, la liberté, le droit d’agir et de faire, sur la base d’un ou plusieurs savoirs et/ou disciplines.

Instituts et campus…
De fait, qui dit faculté dit mise en œuvre du rapport existentiel entre le savoir et le pouvoir, entre la connaissance et l’agir. Et c’est déjà ce qui a conduit concrètement à la naissance et au développement des instituts qui ont forgé l’Université Catholique de l’Ouest durant ces quarante dernières années : IALH, IBEA, IFUCOME, IMA, IPLV, IPSA, ISCEA ; sans oublier nos instituts associés IDCE et IFEPSA.
Le souci d’employabilité des formations a façonné l’image de marque actuelle de ces instituts, conjointement à une recherche appliquée transférable vers l’entreprise, une formation continue et/ou par alternance ; et comme caution de la marque, un réseau actif d’anciens et de professionnels. Nul doute qu’en héritant et en assumant cette fructueuse aventure des instituts, la réforme facultaire en suscitera de nouveaux, déjà en germe, tout en favorisant le décloisonnement disciplinaire.

Cette même posture facultaire – ce rapport entre la connaissance et l’agir – est encore mis en œuvre dans le développement de nos différents campus ; ce qui leur permet de déployer une offre de formation adéquate aux attentes de nos différents territoires d’implantation et de contribuer ainsi à façonner la politique académique globale de notre université.

Dialogue et écoute
L’histoire et le développement de l’UCO sont donc là pour en témoigner : la posture facultaire présente une dimension générique, mais qui ne se réduit pas au seul retentissement socio-économique de l’enseignement supérieur et de la recherche ; à une valeur ajoutée utile, aussi attendue et légitime soit-elle.

En effet, qui dit faculté, dit plus généralement cette capacité d’émettre et de créer du lien entre les savoirs et disciplines, entre les mathématiques et les humanités, entre l’économie et l’éthique, entre l’histoire et la littérature, entre la psychologie et la théologie, entre le droit et la sociologie... Autrement dit, la posture facultaire est par essence une posture dialogale. C’est en faisant dialoguer les savoirs que notre université contribue à former conjointement les consciences et les intelligences et qu’elle entre ainsi en dialogue avec la culture et la société contemporaines. Elle s’avère alors capable d’objectiver, de raisonner et d’incarner d’autres valeurs ; c’est-à-dire un éthos irréductible aux seuls faisable et monnayable. Tel est, me semble-t-il, le charisme propre de l’université dans son acception générique, ce qui constitue sa véritable valeur ajoutée.

Ce charisme est appelé à écouter et à rejoindre les attentes profondes des étudiants accueillis à l’UCO, en accompagnant la réalisation de leurs idéaux et de leurs valeurs. En leur permettant de comprendre le présent, nous donnons la possibilité à nos étudiants de dessiner l’avenir. C’est en ce sens qu’ils sont la raison d’être de l’université, précisément parce qu’ils préfigurent son devenir même, ou du moins ce qu’elle est appelée à être.

Bienvenue donc à nos nouveaux étudiants que nous accueillons en cette rentrée ! Et bonne rentrée à tous.

Dominique Vermersch
Recteur de l'Université Catholique de l'Ouest
25 août 2014


Editoriaux du recteur de l'UCO :
Edito n°1 : La vérité, mot tabou ?
Edito n°2 - septembre 2013 : UCO Campus Lab
Edito n°3 - Noël 2013 : La sobriété, une clef pour l'avenir
Edito n°4 - Pâques 2014 : Ethique de conviction vs éthique de responsabilité
Edito n°5 - été 2014 : Pause estivale...


Édito

archives

PLUS D'ACTUALITÉ

 

Toutes les actualités