Accès direct au contenu

Testez l'université à l'UCO 2017/2018
19 minutes chrono
Colloque ATEM 2017
Arrow Prev Arrow Next
L'université > Actualités > Edito du Recteur Noël 2013 : la sobriété, une clé pour l’avenir  Retour à l'accueil

Edito du Recteur Noël 2013 : la sobriété, une clé pour l’avenir

le 10 décembre 2013

La sobriété, une clé pour l’avenir

Depuis quelques semaines déjà, notre Université se présente sous ses plus beaux atours dans les différents salons étudiants et prépare activement ses prochaines Journées Portes Ouvertes (JPO) des 18 janvier et 22 février 2014. Point n’est besoin de rappeler et de démontrer que la qualité du recrutement étudiant constitue une, voire la sanction de l’UCO, comme d’ailleurs de toute université.

Question de packaging ?
A cette fin, l’UCO se donne à voir ; et il convient à ce propos de ne pas sous-estimer les efforts de communication et de marketing, c’est-à-dire de mise en marché de notre offre de formation. L’adjectif « catho » fait alors partie du packaging, parfois un peu à la manière des produits bio ou commerce équitable : en mettant de l’éthique sur l’étiquette… Cela dit, cette publicité d’emballage n’est pas pour autant mensongère. Enseignants, personnel administratif et technique, nous portons tous le souci d’une offre de formation cohérente avec les attentes des étudiants et de leurs parents : depuis l’accompagnement personnalisé des jeunes jusqu’à l’employabilité des formations acquises. Ces mêmes objectifs constituent en sus des objets de recherche à l’UCO, ce qui la qualifie ad extra comme pôle d’excellence dans les métiers de l’enseignement et de l’éducation.

Cultiver la sobriété
L’UCO s’éprouve ainsi dans sa capacité de contribuer à donner un avenir aux jeunes qui y sont accueillis. Mais une fois le packaging déballé, que donne-t-elle à voir précisément ? Que donne-t-elle à voir aux milliers d’étudiants fréquentant quotidiennement ses différents campus et salles de cours ? Comment en sortent-ils ? Quelle culture ont-ils rencontrée, assimilée, élaborée ? A cet égard, notre responsabilité est immense et peut sembler écrasante, ne serait-ce qu’en considérant la rapidité actuelle des bouleversements technologiques et sociétaux, les incertitudes environnementales, la fébrilité voire la précarité désormais chronique du marché de l’emploi, ou encore le chemin de maturité parfois chaotique des jeunes qui nous sont confiés.
Prendre la juste mesure de ces défis devrait à tout le moins nous inviter à l’humilité ; mais à une humilité active qui peut s’incarner, me semble-t-il, dans la vertu de sobriété. Maîtrise de l’être sur l’avoir, la sobriété vécue balise le chemin d’une liberté authentique et constitue une réponse concrète, simple et existentielle aux défis précédemment évoqués. J’ai en outre la conviction que cette vertu qualifie éminemment l’ethos de notre communauté universitaire : vivre et transmettre le goût de la sobriété à nos étudiants leur fournit une clé de compréhension et d’action fondamentale pour leur avenir ; et qui leur permettra d’affronter plus sereinement les inévitables vicissitudes de l’existence.

« Je vous donnerai un avenir et une espérance » (Jr, 29, 31)
Car en définitive, nous ne sommes pas créateurs d’avenir. Dans cette quête d’accomplissement, Dieu lui-même vient à notre rencontre par sa Parole, le Verbe fait chair pour notre salut. Dans la lumière de l’Enfant-Dieu que les chrétiens s’apprêtent à accueillir, c’est Dieu lui-même qui nous donne un avenir et une espérance. Sainte fête de la Nativité.

Dominique Vermersch
Recteur de l'Université Catholique de l'Ouest
Noël 2013


RETROUVEZ :
Edito n°1 : La vérité, mot tabou ?
Edito n°2 : UCO Campus Lab


Direction de la communication
benedicte.villeroy@uco.fr Édito
Tél. : 02 41 81 67 59

archives

PLUS D'ACTUALITÉ

 

Toutes les actualités