Accès direct au contenu

slider colloque ACISE 2017
Slider colloque IAIE 2017
slider colloque image relation
Arrow Prev Arrow Next
L'université > Actualités > Éditorial du recteur n°1 : La vérité, mot tabou ?  Retour à l'accueil

Éditorial du recteur n°1 : La vérité, mot tabou ?

le 28 juin 2013


La vérité, mot tabou ?
L’Université trouve sa raison d’être dans le service de la vérité. Son projet est de la chercher, de la découvrir, de la communiquer dans tous les domaines de la connaissance ; et par suite de s’y attacher. C’est ce que rappelle en préambule le projet stratégique de l’UCO. Mais, à en croire certains, l’usage du mot vérité poserait problème, n’étant plus toléré dans le politiquement correct du moment.

Il est vrai (sic) que nous hésitons voire répugnons souvent à employer le mot même de vérité. Comme si alors une sorte de gêne s’empare de nous, gêne sensible jusque chez les scientifiques[1]. Si nous censurons le mot, son usage et ses significations, à quoi peut bien prétendre alors tout article de recherche ? À quoi bon écouter tel ou tel professeur pour qui la distinction entre le vrai et le faux n’aurait plus vraiment (sic) de sens ? Ce ne serait plus d’un projet stratégique dont l’UCO aurait désormais besoin mais d’un changement de logiciel voire d’une fonction « reset » !

Bref, pas facile de faire fi de l’idée de vérité. Un peu comme ce gag de Vol 714 pour Sydney où le capitaine Haddock se retrouve avec un morceau de sparadrap collé à ses doigts et qui le suivra presque tout au long de l’histoire.

Vouloir raisonnablement et honnêtement se départir de l’idée du vrai se heurte en réalité au raisonnement par l’absurde : admettre comme principe qu’il n’y a pas de vérité fonctionne comme une vérité. Ad minima, l’ambition universitaire n’est autre alors que de garder notre humanité dans cette sensibilité à la vérité, pour reprendre l’invitation d’Habermas ; de nous maintenir sur le chemin vers le vrai… Ou plutôt sur un chemin vers le vrai, tant la vérité est une réalité mystérieuse qui se laisse approcher mais non posséder. Ces chemins qui sont autant de sentiers d’affermissement des jeunes libertés étudiantes qui nous sont confiées. Une ambition non négociable, assurément.



Dominique Vermersch
Recteur



[1] A ce sujet, Lafforgue L., 2013, La recherche fondamentale a-t-elle un sens ? Communio, n° XXXVIII, 1.




Rectorat
rectorat@uco.fr Édito