08 avr > 09 avr

Colloque Transhumanisme

Recherche

  • Colloque Transhumanisme à l'UCO

    Transhumanisme : questions éthiques et enjeux juridiques

    De l’homme réparé à l’homme transformé, en passant par l’homme augmenté et jusqu’à l’homme dépassé, ce colloque a pour vocation de poser les questions juridiques que le transhumanisme va nécessairement entraîner, et entraîne déjà peut-être.

    En effet, si le transhumanisme occupe, depuis une dizaine d’années, certains espaces universitaires, notamment liés aux sciences dites « dures », à la philosophie, à l’éthique, ou encore à la théologie, le droit reste un domaine qui, pour l’heure, demeure assez réticent à cette question. Or, si l’homme est intrinsèquement modifié, son rapport à lui-même ou les liens qu’il tisse avec les autres seront, eux aussi, profondément bouleversés.

     

    Téléchargez le programme

     

    Inscrivez-vous en ligne dès maintenant

  • Informations pratiques

    Venir à Angers

    Le campus d'Angers de l'Université catholique de l'Ouest se situe 3 place André Leroy à Angers (49). En train, en voiture, en avion, en transport ou en vélo, trouvez les plans et les itinéraires qui vous aideront à nous rejoindre. 

     

    Plans & itinéraires

    Vous repérer sur le campus

    Le colloque Transhumanisme se déroule en Amphi. BAZIN situé dans le bâtiment du même nom.  

     

    Téléchargez le plan du campus

  • En savoir plus sur le colloque

  • Trois axes seront traités

    • Une mise en perspective éthique, philosophique et anthropologique

    • Les conséquences juridiques au niveau du droit privé 

    • Ainsi qu'au niveau du droit public et des institutions politiques

    Si l’éthique, la philosophie et la théologie sont bien évidemment des disciplines marquées par cette thématique importante, le droit est intrinsèquement touché par ces questions. Ainsi, le juriste privatiste sera-t-il potentiellement intéressé par les questions relevant du transhumanisme et de la propriété du corps humain, la personnification de l’intelligence artificielle, les techniques procréatives, le droit de la santé, le droit des nouvelles technologies ou encore les lois de bioéthiques, la protection de la vie privée, les contrats, la responsabilité des produits défectueux « transhumains », le dopage, la justice prédictive, etc.

    De même, on ne saurait négliger l’influence possible de ce transhumanisme sur le droit public et les institutions politiques. Si les droits de l’homme seront les premiers impactés, et l’on pense ici au droit à la vie avec « la mort de la mort », d’autres thèmes peuvent faire l’objet de réflexions essentielles comme l’individualisme de la CEDH face au transhumanisme, l’utilité des assemblées représentatives face à l’intelligence artificielle, la citoyenneté numérique, les atteintes du transhumanisme aux libertés publiques, ou encore, en droit des conflits armés, le régime juridique du soldat augmenté, la facilitation d’un gouvernement mondial, etc.

    De l’homme augmenté à l’homme dépassé, le transhumanisme doit aujourd’hui être saisi par le droit, raison pour laquelle le CREDO et l’Académie catholique de France ont mis en œuvre ce colloque « Transhumanisme : questions éthiques et enjeux juridiques ».

     

Contact

Pôle recherche

Contactez-nous